Imprimer (nouvelle fenêtre)

La naissance d'aphrodite, l'art tragique et la comédie - 1924

Ce relief reprend la partie centrale d’un grand panneau de stuc coloré en rouge brique sur fond or qui surmonte le cadre de scène de l’Opéra de Marseille.

L’opéra de Marseille


Photographie du bas relief représentant la naissance d'Aphrodite. La déesse placée au centre sort de la mer soutenu par deux Grâces.

La naissance d'Aphrodite,
1924 A.Bourdelle
Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Inauguré en 1787, l’Opéra de Marseille fut détruit par un incendie le 13 novembre 1919. L’ensemble a été reconstruit entre 1921 et 1924 par un collectif d’artistes, sous la direction des architectes Gaston Castel, Henri Ebrard et George Raymond qui en dessinent les plans. L’ensemble du décor est dû à la collaboration de divers artistes régionaux : Sartorio, Eichaker, Raybaud, Varenne, Henry de Groux, Jean Jullien, Louis Audibert, Mathieu de Verdilhann, Barthélémy, Augustin Carrera tandis que la sculpture du cadre de scène est confiée à Bourdelle.

La naissance d’Aphrodite : un sujet mythologique


Caractéristiques techniques

Titre : La naissance d’Aphrodite, l’art tragique et la comédie
Date : 1924
Dimensions : 350x400 cm. Inscriptions et signatures : THEÂTRE / DE / MASSILIA / Monogramme Bourdelle / ANTOINE / BOURDELLE / 1924 ; monogramme Bourdelle ; © BY BOURDELLE ; SUSSE FONDEUR. PARIS N° 1
Date de fonte : Inconnue .

Le thème général choisi par Bourdelle pour ce bas-relief est celui de la naissance de la beauté sur les rivages de la Méditerranée. Au centre, Aphrodite, soutenue par deux Grâces et accueillie par Eros aux ailes déployées, sort de la mer. Elle est encadrée par les figures de la tragédie et de la comédie, caractérisées chacune par un masque de théâtre. Sur le bas-relief complet tel qu’il se présente à l’Opéra de Marseille et qui mesure douze mètres de long, ces allégories sont complétées par celles de la méditation, de la poésie agreste, de la danse, du chant, de l’épopée et de la mémoire et par la figure du poète accompagné de trois choreutes.
L’influence de la sculpture grecque archaïque est manifeste dans cette œuvre qui reprend, bien que modifiés par le format rectangulaire, les principes de composition des frontons des temples ainsi que certaines caractéristiques des gestes, des drapés et des figures, combinant vues de face et de profil.