Imprimer (nouvelle fenêtre)

L'aurore de bourdelle - 1895

Commandée par la veuve de l’historien Jules Michelet, cette sculpture de figure allégorique fut d’abord imaginée nue par le jeune Bourdelle, avant que celle-ci ne choque et qu’une seconde version drapée ne vienne la remplacer.

L’Aurore et le Crépuscule



Ce relief a été exécuté, avec son pendant Le Crépuscule pour orner la façade de la maison de Mme Athénaïs Michelet (1826 – 1899) à Vélizy, près de Versailles.

Les deux sculptures décoratives, marquées par un symbolisme un peu convenu, montrent le jeune Bourdelle sensible aux jeux de courbes caractéristiques de l’art nouveau.

Il existe une première version de l’Aurore sous la forme d’une femme nue, antérieure à 1894, qui choqua la municipalité de Vélizy.

En janvier 1894, Mme Michelet demanda alors au sculpteur de la draper et lui commanda alors le pendant. Les deux panneaux seront exécutés non sans mal, et retard pour le second panneau, ce qui lui sera durement reproché, mais en mai 1894 le décor orne la façade de la demeure Vélizyenne.

Une commande de Mme Michelet


Caractéristiques techniques

Titre : L’Aurore
Date : 1895
Hauteur : 255 cm.
Inscriptions et signatures : Bourdelle ; © BY BOURDELLE 1984 N° 2 ; cachet de la fonderie de Coubertin.
Date de fonte : Mai 1984

Originaire de Montauban, femme de lettres, et veuve de l’historien Jules Michelet, Athénaïs Michelet accueille maternellement le jeune Antoine Bourdelle dans sa maison de Vélizy.

Elle le guide et l’encourage, se considérant comme sa protectrice et « mère adoptive ». Elle utilise ses relations pour lui procurer des aides et des commandes.

De ce fait, sa maison de Vélizy reçut de nombreuses œuvres du jeune Bourdelle, des peintures et des sculptures.



Mme Michelet regardait ces deux reliefs comme une allégorie de sa propre vie:

Au seuil de la vie avec lui, les fleurs, les sourires de la nature au sein de laquelle il m’avait placée. Et vingt ans après les ombres du soir déjà descendues symbolisées par des pavots que retiendrait ma main. Alors, encore plus, ce serait la maison de Michelet, sa légende (avant, après)