Imprimer (nouvelle fenêtre)

Héraclès archer - 1909

Réalisée en 1909, cette sculpture est emblématique de la sculpture d’Antoine Bourdelle. Elle représente l’un des douze travaux d’Héraclès : l’extermination des oiseaux du lac Stymphale. Commandée par le financier et mécène Gabriel Thomas, cette œuvre devait être réalisée en un seul exemplaire. Mais ce dernier, à la demande du sculpteur, revient sur sa décision en raison du succès de l’œuvre.

Un succès immédiat


Photographie de l’œuvre d'Antoine Bourdelle intitulée Héraclès Archer. Le héros en position de tire à l'Arc pour exterminer les oiseaux du lac stymphale est représenté en plein effort et de manière très athlétique.

Héraclès archer, 1909 A.Bourdelle
Clichés Y.Bourhis/CG77 – D.R.

Héraklès archer est certainement la sculpture la plus célèbre de Bourdelle.
Cette notoriété a été acquise dès sa première présentation, au Salon de la Société nationale des beaux-arts en 1910, où elle était un des « clous » de l’exposition.

Le critique d’art du journal La Libre Parole, par exemple, la considérait comme « l’une des œuvres les plus hardies que l’on ait vues depuis longtemps ».
Elle s’impose par le dynamisme de la pose, l’équilibre des volumes et des vides donnant une impression de puissance et de légèreté.

Un modèle athlétique


Caractéristique techniques

Titre : Heraklès archer
Date : 1909 (1ère version, sur trois, sans base ni bas-reliefs).
Dimensions : 250 x 240 cm.
Inscriptions et signatures : HERAKLES/ HPAKΛHΣ / BOURDELLE 1909 / © BY BOURDELLE /HERAKLES / TUE LES OISEAUX/ DU STYMPHALE ; SUSSE FONDEUR PARIS N° 9. Date de fonte : inconnue.

Bourdelle disposait pour cette sculpture d’un modèle particulièrement athlétique, le commandant Doyen-Parigot. Rencontré chez Rodin, ce militaire possédait des caractéristiques physiques qui ont déterminé l'artiste à choisir pour sujet Héraclès.
Bourdelle représente le héros antique tirant ses flèches contre les oiseaux du lac Stymphale.

Le modèle ne souhaitant pas être reconnu, Bourdelle a longuement retravaillé la tête de la sculpture. Il s’inspire pour la stylisation du visage, des œuvres grecques archaïques pour lesquelles il avait une grande admiration et dont les caractéristiques s’accordaient bien avec un sujet issu de la mythologie classique..